CNR résistance aux antibiotiques
antibiogramme Test analyse_sequence

Bienvenue sur le site du CNR de la Résistance aux Antibiotiques

Depuis le 01 janvier 2012, le CNR est coordonné par le Laboratoire de Bactériologie du Pr Plésiat (CHRU de Besançon).

Centre National de Référence
de la Résistance aux Antibiotiques

connexion au serveur résultats


Les Laboratoires

Accueil > Les Laboratoires > CHRU de Besançon > Modalités d’envoi des souches

Les Laboratoires

Modalités d’envoi des souches



Fiche de renseignements (à remplir en ligne avant impression)

Analyse des mécanismes de résistance

Comparaison de souches

 

Pseudomonas aeruginosa : quelles souches envoyer au CNR ?

L’émergence de souches de P. aeruginosa produisant des ß-lactamases à spectre élargi (de type PER, OXA, SHV, TEM, GES, VEB) ou/et des carbapénémases (de type VIM, IMP, GES...) représente aujourd’hui un véritable problème de Santé Publique en raison du risque de diffusion, à la fois de ces souches et de leurs mécanismes de résistance (plasmides, transposons) en France.

Ces souches peuvent être detectées à l'aide d'un antibiogramme par diffusion en milieu gélosé (voir algorithmes BLSE et carbapénèmase), eventuellement complété par un antibiogramme réalisé sur gélose Mueller-Hinton additionnée de 1000  (ou 2000) mg/L de cloxacilline. Sur ce milieu, les mutants "déréprimés", surproduisant la céphalosporinase naturelle AmpC, retrouvent tout ou en partie de leur sensibilité aux β-lactamines à l'exception du méropénème et du doripénème si la porine OprD est altérée.

Sauf accord préalable avec Santé publique France, le CNR n'a pas pour mission de participer à des investigations épidémiologiques locales impliquant des souches de P. aeruginosa, résistantes ou non, en réalisant à la demande des analyses génotypiques (par exemple, électrophorèse en champ pulsé). Celles-ci sont réservées aux souches multirésistantes produisant des mécanismes de résistance émergents (BLSE, carbapénémases) isolées de villes ou de régions différentes, afin d'évaluer le risque épidémique de ces souches.


Acinetobacter baumannii : quelles souches envoyer au CNR ?

La diffusion de souches multi-résistantes produisant des carbapénèmases (principalement OXA-23, OXA-72 et NDM-1) est devenue inquiétante en France. Afin de mieux analyser l'ampleur du phénomène sur le territoire national et permettre la mise en place de mesures de contrôle adaptées, les biologistes sont invités à adresser au CNR de la Résistance aux Antibiotiques :

- Toute souche non sensible à l’imipénème (diamètre d’inhibition < 23 mm ou CMI > 2 mg/L) et/ou au méropénème (d < 21 mm ou CMI > 2 mg/L) ;

- Toute souche résistante à tous les antibiotiques ou presque parmi les bêta-lactamines, aminosides (contact au disque), fluoroquinolones, tétracyclines et/ou cotrimoxazole ;

- Toute souche résistante à la colistine (CMI > 2 mg/L déterminée par microdilution en milieu liquide).

 

Il est rappelé que :

- Les souches de A. baumannii sont naturellement résistantes à l’ertapénème;

- La résistance non-enzymatique aux carbapénèmes (perte de porine, efflux actif) n'a pas été démontrée chez A. baumannii ;

- La production de bêta-lactamase à spectre élargi (BLSE) et/ou de carbapénèmase est suspectée lorsque la sensibilité à la ceftazidime (d ≥ 18 mm ou CMI ≤ 8 mg/L) n'est pas restaurée sur un milieu renfermant 250 mg/L de cloxacilline (inhibiteur de la céphalosporinase AmpC) ;

- D'autres espèces de Acinetobacter peuvent herberger des carbapénèmases, des BLSE et/ou produire des méthylases de l'ARN 16S (ex. A. pittii,...)

 

Remarque :

Lorsque les souches productrices de BLSE et/ou carbapénèmase caractérisées par le CNR sont facilement identifiables phénotypiquement et sont devenues endémiques dans un établissement, seul un isolat sur 3 ou 4 sera envoyé au CNR pour vérification de la stabilité des mécanismes de résistance.

 

Comment envoyer les souches ? voir Préparation de l'envoi des souches au CNR

- Les souches doivent être conditionnées dans des milieux de transport adaptés (tubes gélosés) correctement identifiés.

- Les tubes doivent être placés dans un triple emballage selon la réglementation en vigueur pour le transport des matières infectieuses (transport à température ambiante). Etiquette à coller sur l'emballage extérieur.

- La fiche de renseignements (cf ci-dessus), téléchargeable sur ce site, doit être remplie en donnant le plus de précisions possibles. Il est également recommandé de joindre une copie des résultats de l'antibiogramme obtenus par le laboratoire.

bigbang communication Plan du site|Mentions légales|Rechercher|Liens